L’empressement et l’anxiété

Regardez les oiseaux du ciel- ils ne sèment ni ne moissonnent, et ils n'amassent rien dans des greniers; et votre Père céleste les nourrit. Ne valez-vous pas beaucoup plus qu'eux?

Nous vivons dans un monde d’empressement et d’anxiété, dans un monde qui tourne vite. Nous voyons de nombreuses villes comme New York et São Paulo où les gens travaillent 24 heures sur 24, où les rues sont toujours pleines, où l’empressement est incroyable, des gens qui possèdent jusqu’à trois emplois pour subvenir aux besoins de leur famille et leur faire vivre une vie décente. Mais il y a un désir qui va au-delà de tout cela : «Le désir insatiable d’argent».

Jésus a beaucoup touché à ce sujet, et c’est que nous pouvons devenir si avides d’argent que nous pouvons totalement dévier de ce qui est vraiment important: Dieu. C’est pourquoi Jésus dans Matthieu 6 nous dit que nous ne pouvons pas servir deux maîtres et cela se réfère à l’argent, pourquoi est-ce que le Christ a tant parlé à ce sujet? Il l’a fait parce que la plupart des hommes ont un grand désir de richesse.

Le Christ a dit:

25 C’est pourquoi je vous dis: Ne vous inquiétez pas pour votre vie de ce que vous mangerez, ni pour votre corps, de quoi vous serez vêtus. La vie n’est-elle pas plus que la nourriture, et le corps plus que le vêtement?

26 Regardez les oiseaux du ciel: ils ne sèment ni ne moissonnent, et ils n’amassent rien dans des greniers; et votre Père céleste les nourrit. Ne valez-vous pas beaucoup plus qu’eux?

Matthieu 6:25-26

Il y a des gens qui ont travaillé pendant Noël passé jusqu’à ce qu’ils ne pouvaient plus pour acheter les meilleurs vêtements, manger la meilleure nourriture, même des gens qui ne pouvaient pas faire ces dépenses. Et le Christ fait une comparaison avec les oiseaux du ciel, qui ne travaillent pas, mais ils sont soutenus. Dans d’autres versets, il parle également des lis des champs, faisant référence au fait que même Salomon n’était pas habillé d’une telle gloire.

Cependant, toute beauté est détruite, nous nous efforçons pour tant de choses, mais dans 50 ans, nous nous regarderons dans le miroir et nous serons complètement ridés. Le point ici est que rien de tout cela ne devrait être notre préoccupation, encore moins le centre de nos vies.
Nous devons nous soucier de nous emparer de la vie éternelle.

Ne sois pas sage à ton avis
Vous m'invoquerez et je vous entendrai

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *