Se réjouir au paradis

De même, je vous le dis, il y aura plus de joie dans le ciel pour un seul pécheur qui se repent, que pour quatre-vingt-dix-neuf justes qui n'ont pas besoin de repentance

Les pharisiens avaient un gros problème à juger les autres et à ne pas voir leurs propres fautes. C’est très similaire à la culture que nous avons développée aujourd’hui, nous sommes extrêmement divisés en termes de croyances que nous tenons en tant qu’église, et pas seulement cela, mais la division nous a conduit à croire que nous sommes plus saints que les autres et c’est un problème grave, un problème qui existe depuis longtemps.

Au chapitre 15 du livre de Luc, nous verrons que Jésus a partagé avec les pécheurs, a mangé avec eux et, bien sûr, a partagé l’Évangile avec eux, c’était ça le but, car, comme la Bible elle-même le déclare: «Une personne saine n’a pas besoin d’un médecin », c’est pourquoi le but de Jésus a toujours été d’apporter l’Évangile à ceux qui sont dans les ténèbres et c’est très logique. Cependant, les pharisiens ont toujours cherché quelque chose à signaler, c’est semblable à quand quelqu’un cherche le mauvais côté de tout ce qu’il voit autour de lui, les pharisiens étaient comme ça et aujourd’hui nous avons encore beaucoup de gens dans nos églises qui sont les mêmes qu’eux…

Après toutes les critiques que les pharisiens ont adressées à Jésus pour avoir partagé avec les pécheurs, il partage la parabole suivante:

4 Quel homme d’entre vous, s’il a cent brebis, et qu’il en perde une, ne laisse les quatre-vingt-dix-neuf autres dans le désert pour aller après celle qui est perdue, jusqu’à ce qu’il la retrouve?

5 Lorsqu’il l’a retrouvée, il la met avec joie sur ses épaules,

6 et, de retour à la maison, il appelle ses amis et ses voisins, et leur dit: Réjouissez-vous avec moi, car j’ai retrouvé ma brebis qui était perdue.

7 De même, je vous le dis, il y aura plus de joie dans le ciel pour un seul pécheur qui se repent, que pour quatre-vingt-dix-neuf justes qui n’ont pas besoin de repentance.

Luc 15:4-7

Dans cette parabole, Jésus met l’enseignement typique d’un berger et de son troupeau, c’est-à-dire que pour un berger de moutons, ils sont tous importants, et si un est perdu, le berger ne dira pas: il en avait 100 et maintenant 99, peu importe lequel était perdu. … Non! Un vrai berger quitterait les 99 qui sont en sécurité et s’en prendrait à son mouton perdu. De la même manière, Jésus va toujours après le pécheur, et ce parce qu’il veut sauver son âme.

Chaque fois qu’un pécheur est converti et repentant, il y a de la joie dans le ciel et une plus grande joie que ceux qui louent Dieu au sein de l’église.
Prêchons la bonne nouvelle du salut, disons aux hommes à quel point notre Dieu est bon et les plans merveilleux qu’il a pour la vie de ceux qui se repentent de tout leur cœur.

Même si le figuier ne fleurit pas, je me réjouirai en Jéhovah
Parents, ne provoquez pas la colère de vos enfants

One thought on “Se réjouir au paradis

  1. Je remercie dieu pour cette nourriture qui me rassasiera jusqu’à la fin de ma vie et pour le bien qu’il apporte à vie car a travers son enseignement je suis dans l’allégresse dans la joie que dieu me donne la force de toujours le servir et de vivre en communion avec lui amen

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *