L’empreinte de Dieu sur nos cœurs

Nous avons ou ressentons tous des différents types de besoins dans nos vies, un vide qui veut se remplir de quelque chose, que ce soit amusement, compagnie, soutien, etc.

Souvent, ces désirs de combler ce vide nous conduisent à faire des erreurs que nous ne arrivons jamais de surmonter, qui restent à jamais marquées dans nos esprits. Peut-être que vous qui lisez cet écrit le ressentez également et avez essayé de combler ce vide qui devient de plus en plus profond et qu’il ne semble pas y avoir de fin à cette recherche pour le combler.

On essaye mille choses et on se rend compte que le vide est toujours là et devient de plus en plus grande. Le proverbe Salomon nous dit encore et encore dans le livre de l’Ecclésiaste qu’il a prouvé tout ce qui était sous le ciel et que rien ne pouvait le satisfaire:

J’ai vu tout ce qui se fait sous le soleil; et voici, tout est vanité et poursuite du vent.

Ecclésiaste 1:14

Ce vide reste insatiable même lorsque nous sommes les plus intelligents de l’université, les meilleurs employés, les plus intellectuels dans nos activités; nous nous rendons simplement compte que rien de tout cela ne nous remplit et nous sommes frustrés, car malgré nos réalisations, nous continuons à ressentir ce fort vide qui ne nous laisse pas tranquilles.

Vous sentez que votre vie est totalement résolue, que vous allez très bien, que vous avez la meilleure famille, le meilleur travail, que vous avez une vie merveilleuse. Mais quand vous entrez dans votre chambre, quand vous êtes seul, sans votre famille, sans vos amis, vous vous rendez compte que vous êtes seul et vous vous sentez frustré car aucune de ces choses ne peut vous satisfaire.

Vous ne pouvez pas remplir ce vide, peu importe combien vous recherchez et essayez, parce que ce vide ne peut pas être rempli de choses matérielles, mais ce vide vous supplie chaque minute que vous avez besoin de Dieu, ce vide est la trace de votre Créateur qui vous réclame vous servir et c’est la seule façon de le remplir.

Dans notre jeunesse, nous faisons et nous faisons, mais nous ne nous souvenons pas de la chose la plus importante, c’est pourquoi le proverbe Salomon a dit:

1 (12:3) Mais souviens-toi de ton créateur pendant les jours de ta jeunesse, avant que les jours mauvais arrivent et que les années s’approchent où tu diras: Je n’y prends point de plaisir;

2 (12:4) avant que s’obscurcissent le soleil et la lumière, la lune et les étoiles, et que les nuages reviennent après la pluie,

3 (12:5) temps où les gardiens de la maison tremblent, où les hommes forts se courbent, où celles qui moulent s’arrêtent parce qu’elles sont diminuées, où ceux qui regardent par les fenêtres sont obscurcis,

4 (12:6) où les deux battants de la porte se ferment sur la rue quand s’abaisse le bruit de la meule, où l’on se lève au chant de l’oiseau, où s’affaiblissent toutes les filles du chant,

Eclesiastés 12:1-4

Plusieurs soutiennent l’idée qu’il n’y a pas de Dieu, donc ils n’ont pas à se souvenir de lui à tout moment, mais le fait est que ce vide continue là-bas et qu’ils doivent même penser à Dieu, savez-vous pourquoi? Parce que nous, les êtres humains, avons les traces de notre créateur dans nos cœurs et c’est pourquoi notre intérieur revendique son existence, revendique sa présence.

La Bible nous enseigne que les lois de Dieu sont écrites dans nos cœurs:

14 Quand les païens, qui n’ont point la loi, font naturellement ce que prescrit la loi, ils sont, eux qui n’ont point la loi, une loi pour eux-mêmes;

15 ils montrent que l’oeuvre de la loi est écrite dans leurs coeurs, leur conscience en rendant témoignage, et leurs pensées s’accusant ou se défendant tour à tour.

Romains 2:14-15

Nous ne pouvons pas fuir Dieu, nous ne pouvons pas fuir la présence de notre créateur. Le psalmiste a dit dans une occasion:

7 Où irais-je loin de ton esprit, Et où fuirais-je loin de ta face?

8 Si je monte aux cieux, tu y es; Si je me couche au séjour des morts, t’y voilà.

9 Si je prends les ailes de l’aurore, Et que j’aille habiter à l’extrémité de la mer,

10 Là aussi ta main me conduira, Et ta droite me saisira.

Salmo 139:7-10

Nous sommes simplement piégés, nous ne pouvons fuir nulle part, nos pensées nous stupéfient, ils réclament la présence de Dieu encore et encore et c’est la seule façon dont nous pouvons être satisfaits. Courez vers Dieu, voyez sa présence, reposez-vous en lui, découvrez combien il est beau d’habiter en sa présence. Notre Dieu est grand et puissant et il n’y a rien dans ce monde qui puisse nous remplir plus que lui.

Tout est consommé!
Le riche et Lazare - Luc 16

One thought on “L’empreinte de Dieu sur nos cœurs

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *